Dans la composition de vos détergents industriels vous verrez en premier 2 agents de surface : Les agents de surfaces anioniques libèrent une charge négative dans une solution aqueuse, ils ont un bon pouvoir nettoyant grâce à leur mousse. Ils sont faciles à rincer. Les agents de surface non ioniques, ont eux, un pouvoir émulsionnant, épaississant ou solubilisant. En d’autres termes, l’un décroche la saleté, l’autre permet à l’eau d’emporter cette saleté. Les agents de surfaces sont aussi appelés tensioactifs. Cependant, et malgré leur efficacité ils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé et sur l’eau de nos rivières et de nos mers.
∙ Les anioniques sont irritants, allergènes et toxiques sur le long terme.
∙ Les non-ioniques sont soupçonnés pour certains d’entre eux d’être des perturbateurs du système hormonal. En cosmétique, ils enlèvent la couche de sébum (notre film hydrolipidique protecteur) qui nous protège.Entre 2014 et 2016, les 168 000 analyses réalisées dans les rivières ? pour y détecter des perturbateurs endocriniens avérés ou présumés (hors pesticides ou substances pharmaceutiques) indiquent que les substances les plus fréquemment quantifiées sont les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les plastifiants et les tensioactifs. Les conséquences sur la nature sont la formation de mousse à la surface des eaux ?, prolifération excessive d’algues toxiques pour les organismes aquatiques ou encore la dégradation des pins ? sur le littoral méditerranéen. Dans nos stations d’épuration, les tensioactifs empêchent le processus normal de dégradations des boues d’épuration. Ils s’infiltrent dans le sol lors de l’épandage des boues et donc dans nos nappes phréatiques qui sont nos réserves d’eau potable. C’est pourquoi, il est préférable d’utiliser des agents de surface issus de matières premières renouvelables (oléochimie : huile de coprah, coco, colza …) et présentants moins de risques pour la santé et l’environnement plutôt que des tensioactifs issus de matières premières fossiles (pétrochimie et chimie minérale), ils sont, en effet, difficilement biodégradables et peuvent engendrer des problèmes de toxicité dans l’environnement. Le moins nocif des tensioactifs est le savon naturel, les tensioactifs sur base végétale (huile de coprah, noix de coco, colza…) sont également peu nocifs pour l’environnement et la santé humaine.
Chez Bleu-Blanc-Vert la lecture des étiquettes est simple et transparente : pour la lessive, par exemple : savon de Marseille, bicarbonate de soude et cristaux de soude qui n’ont pas d’effet polluant sur l’environnement.